L'homme rouge et la planète

 

 « Comment pouvez-vous acheter ou vendre le ciel, la chaleur de la terre? L'idée nous paraît étrange. Si nous ne possédons pas la fraîcheur de l'air et le miroitement de l'eau, comment pouvez-vous les acheter ?


… Chaque partie de la terre est sacrée pour mon peuple, chaque aiguille de pin luisante, chaque rive sableuse, chaque lambeau de brume dans les bois sombres, chaque insecte bourdonnant est clair et sacré dans la mémoire et l'expérience de mon peuple. La sève qui coule dans les arbres porte la mémoire et l'expérience de mon peuple.


La sève qui coule dans les arbres transporte les souvenirs de l'homme rouge…


Cette eau scintillante qui coule dans les ruisseaux et les rivières n'est pas seulement l'eau mais le sang de nos ancêtres. Le murmure des eaux est la voix du père de mon père…


Il n'y a pas lieu calme dans les villes de l'homme blanc. Pas de place pour entendre le déferlement des feuilles au printemps, ou le froissement des ailes d'un insecte. Et qu'y a-t-il à la vie, si un homme ne peut entendre le cri solitaire de l'engoulevent ou les palabres des grenouilles autour d'un étang la nuit…


L'air est précieux à l'homme rouge, car toutes choses partagent le même souffle - la bête, l'arbre, l'homme, ils partagent tous le même souffle…


Quel est l'homme sans les bêtes? Si toutes les bêtes disparaissaient, l'homme mourrait d'une grande solitude de l'esprit. Pour tout ce qui arrive aux bêtes, arrive bientôt à l'homme. Toutes choses se tiennent… »

 

Chef Seattle
1854