Climat : les paroles et les actes

 

"Tant que l’action en réponse au changement climatique restera à la périphérie des politiques publiques, la France n’aura aucune chance d’atteindre la neutralité carbone en 2050 "

Dans son premier rapport annuel publié mercredi, le Haut Conseil pour le Climat lancé en novembre par E. Macron estime que la trajectoire de la France est incompatible avec ses ambitions. 

 

- des objectifs critiqués  "même tous appliqués, ils sont largement insuffisants pour stabiliser le réchauffement climatique à venir" or " Les objectifs nationaux ne sont pas atteints "

- des changements structurels insuffisants dans les secteurs clés : transports, énergie, bâtiments (voir ci-dessous),

 - une action publique à revoir en profondeur : transformer le système d'infrastructures, réaliser les investissements nécessaires en faveur de l'efficacité énergétique, stopper les investissements dans les filières qui émettent beaucoup de gaz à effet de serre. 

 

Il y a quelques mois, je publiais ici même un bilan mondial, européen et français qui arrivait exactement au même constat : la France n'a absolument pas mis en place les moyens de son ambition.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, dans tous les domaines, elle affiche un retard considérable.

Je remets cette analyse à la UNE.

 

Mare Nostrum : point chaud de la crise climatique

Le futur de nombreuses plages méditerranéennes
Le futur de nombreuses plages méditerranéennes

Un rapport scientifique très alarmant

À l’occasion du Forum Régional de l’Union pour la Méditerranée (UpM) qui vient de se dérouler à Barcelone, le tout premier rapport scientifique sur les changements climatiques et environnementaux en Méditerranée a été présenté.

 

 Un groupe de plus de 80 scientifiques - MedEC - a publié ce 10 octobre 2019 "le tout premier rapport scientifique exhaustif sur l'impact du changement climatique et environnemental en Méditerranée".

 

Ces experts constatent que la région méditerranéenne se réchauffe 20% plus vite que le reste du monde et indiquent que sur le rythme actuel, l'élévation des températures par rapport à l'ère préindustrielle  devraient être de 2,2 ºC d’ici 2040.

L'impact de ce réchauffement serait évidemment désastreux pour les pays riverains, France incluse.

Voici un condensé des conclusions de ce rapport.

 

Niveau de la mer. 

Parmi tous les effets du changement climatique examinés dans le rapport, la montée du niveau de la mer est le plus préoccupant. D'ici 2100, les eaux de la Méditerranée vont gonfler de plus d'un mètre, ce qui confirme le scénario mondial le plus pessimiste envisagé par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies . Cela touchera un tiers de la population vivant sur la côte méditerranéenne: rien qu'en Afrique du Nord, les moyens de subsistance d'au moins 37 millions de personnes sont menacés. Autre conséquence : les terres actuellement utilisées pour l'agriculture dans les deltas et les estuaires des fleuves Nil, Ebro, Rhône et Po, seront de plus en plus salées. 

 

Eau douce.

 L’autre effet majeur est l’augmentation de la fréquence des vagues de chaleur, dont souffrira particulièrement l’Espagne. Depuis 1950, les sécheresses sont de plus en plus fréquentes et le rapport note que, même si le réchauffement de la planète est maintenu à moins de 2 ° C, comme le prévoit l'accord de Paris, les populations riveraines des bassins fluviaux du Proche et du Moyen-Orient seront exposées à de graves pénuries d'eau. L'étude indique que les réserves d'eau douce pourraient chuter de 15% au cours des prochaines décennies dans l'ensemble de la Méditerranée, ce qui aurait de graves répercussions sur l'agriculture. D'ici 2040, environ 250 millions de personnes souffriront d'une pénurie d'eau, avec moins de 1 000 mètres cubes par personne et par an. Cette situation pourrait entraîner une augmentation des conflits et une migration de masse, avertissent les scientifiques.

 

Santé et sécurité alimentaire

L'équipe scientifique a également recensé plusieurs risques pour la santé liés au changement climatique en Méditerranée, notamment une augmentation des décès et des maladies liés à la chaleur, en particulier dans les villes et parmi les groupes vulnérables. La pollution détériorera la qualité de l'air, du sol et de l'eau, ce qui entraînera de plus grands problèmes respiratoires et cardiovasculaires.

Les experts ont également averti que la baisse des rendements et la diminution des populations de poissons pourraient compromettre la sécurité alimentaire. «Environ 90% des stocks de poisson commercial sont déjà surexploités en Méditerranée», indique le rapport. "Et le poids moyen du poisson devrait baisser de 49% d'ici 2050."

 

Perte d'écosystèmes.

 Selon le rapport, de nombreux écosystèmes sont menacés par le changement climatique, l'utilisation de la terre, la pollution et la surexploitation. Par exemple, l'acidification des océans - lorsque l'eau de mer absorbe le dioxyde de carbone des émissions humaines, abaisser son pH - et l'élévation de la température de l'eau de mer "ont déjà causé la perte de 41% des principaux prédateurs, y compris les mammifères marins". la prolifération des méduses dans la mer et des moustiques tigres asiatiques sur terre. Les scientifiques pensent également qu'il y aura plus de méga incendies et que les zones brûlées pourraient croître jusqu'à 40%, même dans le scénario le plus optimiste d'une augmentation de la température de 1,5 ° C par rapport aux niveaux préindustriels.

 

Télécharger
Mare Nostrum : point chaud de la crise climatique
Video_Climate-Change.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 25.5 MB

Dernier rapport du GIEC

Octobre 2018

Les simulations du GIEC sont basées sur l'analyse de 6000 publications scientifiques.

 

La projection actuelle pour l'élévation des températures à l'horizon 2100 est de 3°C.

 

Nous devons donc modifier radicalement nos modes de vie, de production, de consommation... si nous voulons ne pas dépasser les 1,5°C, seule limite acceptable (et encore atteignable) pour les experts.

 

 

"À 1,5°C de réchauffement les impacts des dérèglements climatiques auront déjà des conséquences non négligeables sur les populations et les écosystèmes, auxquels nous devront nous adapter. Au delà de 2°C, les impacts seraient dramatiques sur notre capacité à nous nourrir, sur notre santé, et pourraient même devenir irréversibles. À +3°C, la situation deviendrait critique : extinction de masse des espèces animales et végétales, insécurité alimentaire aiguë et déplacements massifs de populations. "

Télécharger
Rapport du GIEC, octobre 2018
dossier-giec-15.pdf
Document Adobe Acrobat 405.8 KB

2017, : folie d'un homme, folie des hommes...

Soyons clair, il n'existe plus de controverses sur l'origine anthropique du réchauffement climatique. 

Elle fait l'objet d'un consensus très rarement atteint dans le milieu scientifique pour un sujet sensible. On peut même presque parler d'unanimité pour les articles parus dans des revues à comité de lecture, c'est à dire dont la qualité, la méthodologie, la déontologie, ne peuvent être mises en doute (voir ci-contre).

 

Alors ce n'est parce qu'un chef d'état branquignol, incompétent et malhonnête, reprend le flambeau de l'extrême-droite (car en fait le climatoscepticisme est devenu leur chose), se fait le porte-parole des lobbies des énergies fossiles, qu'il faut oublier que le consensus est maintenant établi quant à la responsabilité des activités humaines dans la brutale accélération du réchauffement climatique.

 

Trop de temps a été perdu dans ces palinodies... que nous ne rattraperons peut-être jamais.

 

 

Trump contredit par sa propre administration

Dans un rapport de 600 pages qui vient d'être publié (octobre 2017), le gouvernement américain affirme que "le changement climatique est réel et que les humains en sont responsables", ridiculisant ainsi un peu plus son président.

 

Les scientifiques mandatés observent que la température moyenne mondiale a augmenté de 1 ° C depuis le début de la révolution industrielle et que les 115 dernières années constituent "la période la plus chaude de l'histoire de la civilisation moderne".

 L'analyse précise que les températures pourraient augmenter encore de 4 ° C d'ici la fin du siècle, avec des conséquences dramatiques pour les humains et les écosystèmes naturels.

 

LIRE dans Nature

 US government report says that climate change is real — and humans are to blame

 

 

" Our Dishonest President "

"I t was no secret during the campaign that Donald Trump was a narcissist and a demagogue who used fear and dishonesty to appeal to the worst in American voters."

...

"In a matter of weeks, President Trump has taken dozens of real-life steps that, if they are not reversed, will rip families apart, foul rivers and pollute the air, intensify the calamitous effects of climate change and profoundly weaken the system of American public education for all."

 

Ce n'est évidemment pas moi qui parle mais le Los Angeles Times, qui présente ainsi un volumineux dossier consacré au sinistre personnage qui réside à la Maison Blanche , dont l'éclat va être singulièrement terni  par les activités délétères des magnats du pétrole de  schiste, soutiens de son locataire.

 

Malgré Trump les américains se bougent

Ce n'est pas un hasard si la Californie a pris la tête de la croisade anti Trump, républicains modérés inclus (le maire de San Diego, s'est engagé à respecter l'accord de Paris). Ce grand état américain, bien placé pour observer les effets du réchauffement climatique, s'est impliqué depuis longtemps dans  une politique volontariste de substitution des énergies fossiles.

 

Le 18 janvier 2007, A. Schwarzenegger gouverneur (Républicain) de Californie signait un ordre exécutif établissant une norme à faible teneur en carbone pour les carburants de véhicules de transport (Low Carbon Fuel Standard). Il s'agit de la première norme mondiale de limitation des gaz à effet de serre dans le domaine des carburants de transport. 

Démentant toutes les prévisions pessimistes des pétroliers, la Californie affiche aujourd'hui une efficacité énergétique 40 % supérieure à celle de Etats-Unis.

 

Plus largement, la Californie, qui rassemble la plus grande concentration mondiale de scientifiques,  ne digère pas l'attitude et la politique anti-science de Trump.

 

Ainsi que le souligne Valérie Masson-Delmotte (femme scientifique 2013), le président des Etats-Unis a pris la tête de la croisade anti-science menée sur Internet par nombre de gourous, de complotistes, d'apôtres des "vérités alternatives", de charlatans, de groupuscules d'extrême droite, sans parler des tenants d'une "science citoyenne" au nom de laquelle les chercheurs seraient aimablement priés de rester dans le droit chemin. Lyssenko n'est pas loin !

 

Lire : L'avenir de l'anti-science, Alexandre Moatti (Institut Diderot)

 

Certains scientifiques californiens privés de ressource (les financements fédéraux pour la recherche environnementale ont été amputés ou supprimés) sont déjà partis vers des cieux plus cléments (Toronto notamment), mais ce n'est qu'un phénomène marginal car la résistance s'organise, fonds publics ou privés locaux prendront la relève des dotations fédérales.

La Californie n'est d'ailleurs pas seule dans ce combat ; elle vient de s'associer aux Etats de New York et Washington pour relever le défi climatique.

 

Changement climatique : des données alarmantes

Remarquable dossier mis à jour le 01 01 2016 sur le réchauffement climatique et ses conséquences dans notre-planète.info.

 

Voir les informations du Réseau Action Climat France et de Climate Action Network.

 

Suivre les travaux du GIEC  : préparation du 6ème Rapport.

 

Sur le site : La Terre est pressée comme une orange.

 

 

 

2016, la COP 21

2016 was the hottest year on record, continuing a decades-long warming trend. Scientists at NASA’s Goddard Institute for Space Studies (GISS) analyzed measurements from 6,300 locations and found that Earth’s average surface temperature has risen about 2.0 degrees Fahrenheit (1.1 degrees Celsius) since the late-19th century, largely a result of human emissions into the atmosphere. 

2016, année la plus chaude. Cela confirme une tendance observée depuis des décennies. L'Institut Goddard (NASA) a établi, à partir de mesures réalisées en 6,300 endroits de la planète, que la température moyenne en surface de la Terre s'est élevée d'environ 2.0 degrés Fahrenheit (1.1 degrés Celsius) depuis le dernier relevé du 19ème siècle, en grande partie du fait d'émissions d'origine anthropique dans l'atmosphère.

Alors que les dirigeants du monde sont réunis à Paris pour trouver un accord sur le climat, l'Organisation météorologique mondiale (OMM/WMO) a annoncé que 2015 va sans doute devenir l'année la plus chaude enregistrée depuis le début des relevés météo, en 1850.

 

L'OMM souligne que par rapport à la moyenne des années pré-industrielles (1880-1899), la planète s'est réchauffée d'environ 1 ° C, soit la moitié de la fameuse limite de 2 ° qui pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur le climat.

 

Dans le même temps, la concentration moyenne annuelle atmosphérique de dioxyde de carbone - gaz à effet de serre le plus abondant dans l'atmosphère - est maintenant d'environ 43% au-dessus des niveaux préindustriels.

 

L'origine anthropique de ces évolutions est aujourd'hui solidement établie et les rapports du GIEC ne sont contestés que par quelques lobbies industriels américains et quelques charlatans complotistes qui ont trouvé dans cette posture le moyen de faire du buzz pour vendre leurs salades.

 

Rapport de synthèse 2014 du GIEC ICI

 

C'est dire l'importance de la Conférence sur le climat (COP 21) qui se réunit à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

 

Voir l'article dans Nature ICI

Dossier très complet (comme toujours) dans la revue scientifique américaine Nature à propos de la Conférence de Paris :

2015 PARIS CLIMATE TALKS

 

  • In November 2015, nations will meet in Paris to negotiate an international agreement to limit greenhouse-gas emissions. Nature tracks the run-up to the twenty-first meeting of the UN Framework Convention on Climate Change.

 

2014, 2013, 2012...

Le Groenland fond

Miami... demain ?
Miami... demain ?

Un nombre croissant d'études montre que le changement climatique est en train de faire fondre rapidement la calotte glaciaire du Groenland. 

En 2012, les observations par satellite ont révélé que la glace fond sur près de 98,6 pour cent de la calotte glaciaire

La durée de la fonte estivale s'allonge : 70 jours de plus qu'en 1972. En 2010, elle était deux fois plus élevée que la moyenne des années 1970.

 

Miami, une des villes les plus peuplées des USA, est extrêmement vulnérable à l'élévation du niveau de la mer. Comme la glace de l'Arctique continue de fondre, les eaux proches de Miami pourraient augmenter jusqu'à 24 pouces en 40 ans, selon un rapport de la Floride du Sud-Est Regional Climate Change Compact .

 

Fonte des glaciers en Norvège
Fonte des glaciers en Norvège

Aujourd'hui, pour le GIEC :

 

"Il est extrêmement probable que l'influence de l'homme a été la cause principale du réchauffement observé depuis la moitié du XXe siècle. Les preuves s'en sont multipliées grâce à l'amélioration et à la prolifération des observations, à une meilleure compréhension des réactions du système climatique et à l'amélioration des modèles du climat. Le réchauffement du système climatique est sans équivoque et, depuis 1950, on observe dans ce système de nombreux changements sans précédent à une échelle temporelle allant de quelques décennies à plusieurs millénaires.".

 

Il est évident que cette montée rapide des températures va (est en train d') avoir des conséquences désastreuses pour la planète, la biodiversité, l'humanité.

 

 

Changement climatique : désastres en vue

Global risks 2013

 

Dans le rapport du Word Economic Forum 2013, on pouvait lire : " Les difficultés économiques persistantes sont en train de faire oublier au monde un autre grand péril : les changements climatiques... Deux tempêtes - l’une environnementale et l’autre économique - vont finir par entrer en collision..."

 

Il faut noter que la France n'apparaît qu'en 31ème position pour sa capacité à faire face à tous ces dangers.

 

Nuit d'apocalypse... Lire dans Nature

Accelerating extinction risk from climate change

Jusqu'à un sixième des espèces terrestres pourrait disparaître si le changement climatique reste sur sa trajectoire actuelle, selon une nouvelle analyse publiée par le magazine Science.

 

Cette simulation correspond à une élévation de température de 4°3 par rapport à l'ère pré-industrielle.

Climats : quand la mer monte...

 

New-York... bientôt... comme Venise... sous la mer ?

 Comme hier... Pompéi, Ephèse... sous la terre !

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 

 

... Ceci est une simulation qui résulte d'un calcul scientifique on ne peut plus sérieux !

 

Bonne respiration !