Cinquante nuances de noir : une existence en panne d'essence ?

“L’homme existe d’abord, se rencontre, surgit dans le monde, et qu’il se définit après […] L’homme n’est rien, il ne sera qu’ensuite, et il sera tel qu’il se sera fait. Ainsi il n’y a pas de nature, puisqu’il n’y a pas de Dieu pour la concevoir”

Sartre


"L’homme n’est rien, il ne sera qu’ensuite, et il sera tel qu’il se sera fait"

Monica Vitti et Liv Ullmann, deux actrices fétiches (et un temps compagnes) de deux grands réalisateurs au sommet de leur art dans les années 60/70 : Michelangelo Antonioni et  Ingmar Bergman.


VOIR :

- Vitti et Antonioni, une passion italienne

Liv et Ingmar, Great Filmmakers, Bad Lovers


Deux cinéastes qui me renvoient à mes années d'étudiants, aux discussions passionnées de soirs d'été, à la terrasse d'un café des allées Jean Jaurès, à Toulouse, après avoir vu " Le désert rouge", "Blow up", "Le silence" ou "Persona".

 

Je ne suis pas sûr qu'aujourd'hui la même population puisse trouver le temps de disserter de la sorte sur la solitude, l'incommunicabilité, les déchirements du couple, le contraste entre l'éblouissement devant la beauté des couleurs du monde et la transparence, l'insipidité des corps qui le peuplent.

 

Imprégnés de l'existentialisme sartrien, convaincus par Camus et Beckett de l'absurdité et de la futilité de l'existence, nous étions à la recherche d'un engagement, d'une cause... nous avions besoin d'essence pour assumer notre existence !

 

Aujourd'hui tout va trop vite.... plus le temps de passer à la pompe... La jeunesse se gave d'images virtuelles de blockbusters ultra-violents qui font le bonheur des ploucs américains, ou s'approprie les prêts-à-penser de gourous imbéciles ou fanatiques.

 

Certes Dieu et Marx ont déserté les rivages de l'occident, mais faut-il laisser l'argent devenir la valeur suprême et n'y a-t-il plus de causes exaltantes à défendre ?

 

" Qu’est-ce que signifie ici que l’existence précède l’essence ? Cela signifie que l’homme existe d’abord, se rencontre, surgit dans le monde, et qu’il se définit après. L’homme, tel que le conçoit l’existentialiste, s’il n’est pas définissable, c’est qu’il n’est d’abord rien. "

Sartre, L’existentialisme est un humanisme.