Deux - JPL, 2017

 

" La diffusion des lumières n'exige autre chose que la liberté, et encore la plus inoffensive de toutes les libertés, celle de faire publiquement usage de sa raison en toutes choses."

KantQu’est-ce que les lumières ?, 1784

 

Conscience

Sciences

Voir


À la Une

Inégalités...

Rançon de la mondialisation et du libéralisme

Vingt ans d'incurie politique ont permis à un nouveau Bonaparte, déterminé, courageux et intelligent, de prendre le pouvoir.

 

Les habitués des ors de la République et des prébendes qui y sont associées, tous ces médiocres politiciens professionnels qui depuis deux décennies sont allés d'échec en renoncements - jusqu'à offrir un boulevard à des populistes racistes et incompétents-  se lamentent et ont le culot de moquer l'inexpérience de leurs successeurs.

                                                                                                                                                                                Qui les plaindra ?

                                                                                                                                                                                Pas moi !

 

Cet énorme coup de pied dans la fourmilière était nécessaire, il n'est pas suffisant.

 

L'équation à résoudre pour  le pouvoir français reste la même : comment préserver un système social unique au monde tout en levant les verrous qui dans trop de domaines brident les énergies, comment protéger les plus fragiles et fortifier notre économie dans un environnement tout acquis au libéralisme débridé ???

 

Plus largement : peut-on lutter contre les inégalités en accentuant le pouvoir des patrons ?

Ou encore : est-il admissible de lutter contre le chômage en diminuant le pouvoir d'achat des salariés ?

 Et enfin : une économie globalisée fonctionnant avec d'énormes disparités de revenus entre pays -et au sein même de chaque pays-, peut-elle être pérenne ?

 

Les inégalités contenues en France jusqu'à 2009...

De très nombreuses études internationales et une avalanche de données peuvent être résumées par ces deux observations :

 

- en 30 ans, la progression des richesses a été d'environ 80% aux USA, en Grande-Bretagne et en Allemagne. Sur la même période elle n'a été que de 55% en France.

- MAIS, alors que les inégalités ont continué de croître et d'embellir dans les pays anglo-saxons, elle ont eu tendance à se stabiliser, voire à diminuer dans notre pays (graphe ci-contre) :

 

" La France est en effet un des pays les moins inégalitaires au regard de ses voisins européens ou des Etats-Unis. Contrairement à la représentation en forme de pyramide qu’en ont les Français (avec une large base de bas revenus), la répartition des revenus ressemble à une toupie (la majorité a des revenus moyens). Nettement moins injuste. Les inégalités se sont certes de nouveau creusées depuis la crise économique de 2008, mais la captation des fruits de la croissance économique par les hauts revenus est moins nette que dans le reste des pays développés. Et la pauvreté y a nettement moins progressé."  Le Monde, 12 octobre 2016

 

                                                  Notre système de protection sociale a limité en partie les écarts de revenus ou leur aggravation.

... progressent à nouveau

Une analyse fine de l'indice de Gini réalisée par l'INSEE, montre par contre que, depuis la crise de 2008, les inégalités en France se creusent à nouveau.

 

On ne peut pas ne pas faire le lien avec les mesures très libérales (aides massives aux banques) prises à cette époque aux USA, en Europe et en France pour résoudre le problème.

 

Le gouvernement Macron, orienté à droite, devra intégrer ces données avant d'administrer une purge à un patient en voie de rechute.

 

 

 

Les inégalités Nord-Sud explosent

Femme dans une usine alimentaire à Nazret, en Éthiopie (The Guardian)
Femme dans une usine alimentaire à Nazret, en Éthiopie (The Guardian)

Au cours des 50 dernières années, l'écart du revenu global par habitant entre le Nord et le Sud,  a été  multiplé par 3, selon les données de la Banque mondiale .

 

L'ONG britannique Oxfam rappelle que huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale.

 

"Il est indécent que tant de richesses soit concentrée dans les mains d'une si infime minorité, quand on sait qu'une personne sur dix dans le monde vit avec moins de 2 dollars par jour", affirme la porte-parole d'Oxfam France.

                                                                                                                                                                                          En France, 21 milliardaires possédaient autant que les 40% les plus pauvres de la population française en 2016.

 

Le gouvernement Macron, fortement tenté par le tout sécuritaire, aurait grand tort de ne pas considérer ce qui est à la source même du terrorisme et des violences qui accablent les pays musulmans : l'extrême pauvreté et l'écart vertigineux qui ne cesse de se creuser entre les plus riches et les plus pauvres.

 

The global goals

Prenant conscience du danger induit par ces énormes disparités, les Nations-Unis ont défini en 2015 des objectifs de développement durable.

Dix-sept objectifs ont été fixés pour la période 2015 - 2030.

 

L'objectif n° 10 (goal 10) vise à réduire les inégalités "entre les pays et en leur sein".

 

Il est clair qu'il ne s'agit pas de philanthropie mais de l'intérêt bien compris des pays les plus riches, de plus en plus menacés par l'instabilité  liée à une pauvreté croissante.

 

Parmi les actions préconisées, on note l'amélioration des protections sociales, la réglementation des marchés financiers mondiaux, la réduction des redevances sur les envois de fonds des migrants... et l'appel à de meilleurs salaires.

 

L'écart sur les salaires conduit à un transfert de valeur caché entre le sud et le nord : lorsque le Nord achète  les marchandises du sud, il bénéficie des salaires peu élevés au sud,  mais quand c'est le Sud qui achète des marchandises au nord, il doit assurer la charge de salaires bien plus élevés.

 

Des économistes ont calculé que dans les années 1960, à la fin de la période coloniale, le Sud transférait vers le Nord deux fois le montant de l'aide et des investissements venant des pays développés. Ils estiment qu'aujourd'hui ce facteur serait de 11 (chiffre 2012).

 

Parmi les solutions, certains prônent un salaire minimum global universel, qui tiendrait compte des disparités  entre les différents pays  (adapté aux conditions économiques locales ).

 

Bien d'autres leviers sont proposés (la fameuse taxe Tobin...) pour agir sur ce transfert de biens des plus pauvres vers les plus riches.

 

La France serait bien inspirée d'agir dans ce domaine, voire de prendre le flambeau de ce combat pour un développement durable et équitable.

 

Le tout libéral conduit à une impasse

R. Reagan et M. Thatcher
R. Reagan et M. Thatcher

Dans les années 80, Ronald  Reagan et Margaret Thatcher ont été les deux artisans d'une révolution conservatrice qui a mis en application les théories ultra libérales  de l'École monétariste de Chicago, incarnée par Milton Friedman, de l'école de l'offre d'Arthur Laffer et de l'École autrichienne, représentée par Friedrich Hayek ; tous inspirés par le pape du libéralisme : Adam Smith

 

Trente ans après on peut voir les effets de cette révolution. Un accroissement considérable des richesses au seul profit d'une toute petite minorité, une pauvreté accrue qui touche désormais les travailleurs précaires des pays riches et un monde instable et dangereux.

 

Emmanuel Macron est un homme intelligent qui bénéficie de nombreux atouts intérieurs et extérieurs (il suffit de lire les journaux étrangers - y compris scientifiques- pour constater que la France est de retour), il ne peut pas ne pas constater que le tout libéral est une impasse qui conduit à l'exclusion, au désordre, à la violence.

 

Plus loin : les dossiers de The Guardian ,  Global development professionals network

Article de fondDistributional Effects of Globalization in Developing CountriesJournal of Economic Literature (2007)

Climat : folie d'un homme, folie des hommes...

" Our Dishonest President "

"I t was no secret during the campaign that Donald Trump was a narcissist and a demagogue who used fear and dishonesty to appeal to the worst in American voters."

...

"In a matter of weeks, President Trump has taken dozens of real-life steps that, if they are not reversed, will rip families apart, foul rivers and pollute the air, intensify the calamitous effects of climate change and profoundly weaken the system of American public education for all."

 

Ce n'est évidemment pas moi qui parle mais le Los Angeles Times, qui présente ainsi un volumineux dossier consacré au sinistre personnage qui réside à la Maison Blanche , dont l'éclat va être singulièrement terni  par les activités délétères des magnats du pétrole de  schiste, soutiens de son locataire.

 

Ce n'est pas un hasard si la Californie a pris la tête de la croisade anti Trump, républicains modérés inclus (le maire de San Diego, s'est engagé à respecter l'accord de Paris). Ce grand état américain, bien placé pour observer les effets du réchauffement climatique, s'est impliqué depuis longtemps dans  une politique volontariste de substitution des énergies fossiles.

 

Le 18 janvier 2007, A. Schwarzenegger gouverneur (Républicain) de Californie signait un ordre exécutif établissant une norme à faible teneur en carbone pour les carburants de véhicules de transport (Low Carbon Fuel Standard). Il s'agit de la première norme mondiale de limitation des gaz à effet de serre dans le domaine des carburants de transport. 

Démentant toutes les prévisions pessimistes des pétroliers, la Californie affiche aujourd'hui une efficacité énergétique 40 % supérieure à celle de Etats-Unis.

 

Plus largement, la Californie, qui rassemble la plus grande concentration mondiale de scientifiques,  ne digère pas l'attitude et la politique anti-science de Trump.

 

Ainsi que le souligne Valérie Masson-Delmotte (femme scientifique 2013), le président des Etats-Unis a pris la tête de la croisade anti-science menée sur Internet par nombre de gourous, de complotistes, d'apôtres des "vérités alternatives", de charlatans, de groupuscules d'extrême droite, sans parler des tenants d'une "science citoyenne" au nom de laquelle les chercheurs seraient aimablement priés de rester dans le droit chemin. Lyssenko n'est pas loin !

 

Lire : L'avenir de l'anti-science, Alexandre Moatti (Institut Diderot)

 

Certains scientifiques californiens privés de ressource (les financements fédéraux pour la recherche environnementale ont été amputés ou supprimés) sont déjà partis vers des cieux plus cléments (Toronto notamment), mais ce n'est qu'un phénomène marginal car la résistance s'organise, fonds publics ou privés locaux prendront la relève des dotations fédérales.

La Californie n'est d'ailleurs pas seule dans ce combat ; elle vient de s'associer aux Etats de New York et Washington pour relever le défi climatique.

 

Changement climatique : des données alarmantes

Remarquable dossier mis à jour le 01 01 2016 sur le réchauffement climatique et ses conséquences dans notre-planète.info.

 

Voir les informations du Réseau Action Climat France et de Climate Action Network.

 

Suivre les travaux du GIEC  : préparation du 6ème Rapport.

 

Sur le site : La Terre est pressée comme une orange.

 

 

 

2016 was the hottest year on record, continuing a decades-long warming trend. Scientists at NASA’s Goddard Institute for Space Studies (GISS) analyzed measurements from 6,300 locations and found that Earth’s average surface temperature has risen about 2.0 degrees Fahrenheit (1.1 degrees Celsius) since the late-19th century, largely a result of human emissions into the atmosphere. 

2016, année la plus chaude. Cela confirme une tendance observée depuis des décennies. L'Institut Goddard (NASA) a établi, à partir de mesures réalisées en 6,300 endroits de la planète, que la température moyenne en surface de la Terre s'est élevée d'environ 2.0 degrés Fahrenheit (1.1 degrés Celsius) depuis le dernier relevé du 19ème siècle, en grande partie du fait d'émissions d'origine anthropique dans l'atmosphère.

Migrations / People on the move

Science et préjugés

Persécution des juifs au XVème siècle - Bibliothèque Mazarine
Persécution des juifs au XVème siècle - Bibliothèque Mazarine

Depuis des dizaines de milliers d'années l'homme est en mouvement. La création de nations constituées d'ensembles plus ou moins homogènes (ancêtres, langue, religions) est très récente.

 

Sur certains territoires favorisés par la nature et le climat, l'arrivée de nouveaux venus a déclenché, dès le Moyen Âge,  des réflexes xénophobes et permis de désigner des boucs émissaires, offerts aux foules en colère par temps de crise.

 

L'histoire de l'antisémitisme en Europe, qui conduit au génocide nazi, est l'illustration de ce que le nationalisme, la notion de race et d'entre-soi, exacerbée par quelques populistes illuminés, est capable de produire.

 

Aujourd'hui le monde - et singulièrement l'Europe - est confronté  à une crise migratoire qui a conduit au pouvoir, ou à ses portes, des dirigeants d'extrême-droite. Comment lutter contre la montée de ces sentiments irrationnels qui portent en germe de très sanglants conflits ?

 

Peut-être en faisant de la science !

 

Depuis que le monde est monde, l'homme a toujours ressenti le besoin de se déplacer vers des lieux moins inhospitaliers, du fait de circonstances climatiques, mais aussi des guerres, des violences infligées aux minorités ethniques, religieuses, spirituelles, politiques.

 

La revue Science présente un dossier à ce sujet, rappelant que jamais ce flux ne fut aussi conséquent.

Aujourd'hui, ce sont près de 250 millions de personnes (3% de la population mondiale) qui vivent à l'extérieur de leur pays de naissance.

A rapprocher des 79 millions recensés en 1960.

Réchauffement climatique, instabilité politique croissante, moyens de transport et filières clandestines plus performants, font qu'inexorablement ce flux continuera à enfler.

 

Le mythe des origines

Mais qui est donc ce fameux "Français de souche" censé avoir traversé les âges...

 

Les méthodes modernes d'analyse du génome (d'ADN) montrent que bien peu d'entre-nous sont issus de la terre où ils résident.

 

Les Européens autochtones, par exemple, résultent d'au moins trois migrations majeures au cours des 15 000 dernières années, dont deux venant du Moyen-Orient.

 

D'où vient la population européenne ?

Les connaissances sur cette question progressent actuellement à grande vitesse, grâce aux nouvelles possibilités offertes par l’analyse de génomes anciens.

Les scientifiques font l’hypothèse que la population du Vieux Continent est issue de trois lignées principales : des chasseurs-cueilleurs, premiers humains modernes à s’être installés sur la place, des agriculteurs arrivés plus tardivement du Proche-Orient, et enfin un mystérieux troisième groupe en provenance d’Eurasie, qui aurait aussi contribué à forger la population amérindienne.

 Les dernières analyses montrent que des chasseurs-cueilleurs du Caucase ont également légué leurs gènes aux européens modernes.

 

A l'origine, il y a 45 000 environ,les premiers humains modernes (ou Homo sapiens) y débarquent en provenance d’Afrique. Ces chasseurs-cueilleurs font alors la connaissance d’une autre espèce humaine déjà installée localement : Néandertal. Des études récentes suggèrent que les deux espèces ont cohabité pendant plusieurs milliers d’années, se reproduisant même entre elles. 

Le fameux "Français de souche" devrait être un néandertalien... !

 

Une étude savante sur l'origine des européens : Origine, répartition, âge et relation ethnique des haplogroupes européens

La douleur de l'exil

Exposition Franta - Le temps d'une oeuvre - Vence
Exposition Franta - Le temps d'une oeuvre - Vence

On entend beaucoup les cris de colère de citoyens de ces pays riches, vers qui convergent les migrants économiques ou politiques.

Mais est-ce si simple de quitter famille, terre, racines ?

Nombreux sont ceux qui ont évoqué dans des livres, films, articles, la douleur de l'exil, qui parfois conduit à des traumas incurables.

 

 

La revue Science évoque le calvaire du peuple Yézidi, chassé du Kurdistan irakien par DAECH.

Chaque témoignage de Yézidis est une plongée dans l’horreur.

 

Science relate le parcours d'une famille yézidi, des montagnes du Kurdistan irakien à l'Allemagne, en passant par la Turquie et la Grèce.

Quatre ans après leur fuite, ayant échappé au pire, ils essaient de surmonter leurs souffrances psychologiques. Les douleurs de l'exil.

 

 Lorsque la violence politique ou religieuse éloigne les gens de leur foyer, «il y a confusion, perte, rupture de toutes sortes de liens», explique le psychiatre psychiatrique Laurence Kirmayer de l'Université McGill à Montréal, au Canada.

Une étude réalisée en 2016 auprès d'adultes Yezidis irakiens dans un camp de réfugiés turc, montre que près de 30% d'entre-eux présentaient un syndrome de stress post-traumatique (TPTT) ou une dépression majeure.

 

The pain of exile (La douleur de l'exil)

 

La mobilité dope la recherche

La science permet d'analyser, et parfois de réparer, les blessures occasionnées par les migrations ; la science est elle-même une des professions les plus itinérantes.

 

Depuis une trentaine d'années le phénomène s'accentue, de très nombreux scientifiques traversent les frontières à la recherche de nouvelles collaborations.

Ce qui fait aujourd'hui le dynamisme de la recherche, c'est l'ouverture vers l'interdisciplinarité et vers les collaborations trans nationales.

 

Des études très précises ont permis d'évaluer les conséquences de cette mobilité des scientifiques.

 

Le  projet GlobSci, portant sur 17 852 scientifiques travaillant dans 16 pays , a montré que le facteur d'impact de la recherche par des scientifiques nés à l'étranger (mesuré par pays de résidence à l'âge de 18 ans) est en moyenne supérieur à celui des indigènes qui n'ont pas d'expérience de mobilité internationale.

Ces résultats confirment que la mobilité transfrontalière entraîne une augmentation de la qualité de la recherche.

L'évolution des moyens de transport, qui ne cessent de rétrécir la planète, ne peuvent que stimuler ces mouvements.

 

C'est dans le dialogue, l'échange, la confrontation (pacifique) des points de vue, des cultures... que l'homme progresse. Tout cerveau normalement développé, capable d'une analyse sommaire des faits, devrait être capable de le comprendre !

Kew Gardens, plus beau jardin du monde

Les jardins botaniques royaux de Kew : un jardin paysager historique

Palm-House
Palm-House

Depuis qu'il a été fondée en 1759 par la princesse Augusta, Kew est devenu un leader mondial des sciences végétales et fongiques et une attraction touristique. Il été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2003.

 

"Aujourd'hui, Kew possède les collections les plus vastes et les plus diverses de spécimens botaniques vivants et conservés dans le monde. Le paysage contient une grande collection scientifique de plus de 14 000 arbres, y compris les variétés anciennes. Kew cultive également plus de 30 000 plantes différentes des climats tropicaux, tempérés, arides et alpins, dont beaucoup ont un statut de conservation élevé. Ces collections fournissent une bibliothèque de référence vivante pour nos scientifiques et un paysage dynamique pour montrer la beauté et l'émerveillement de ce royaume naturel diversifié dont dépend toute la vie." Kew

 

Kew et la biodiversité

State of the World's Plants report released by Kew

Begonia rubracteolata S.Julia, Borneo. Sur les 600 espèces estimées, seulement 200 ont été décrites à Borneo
Begonia rubracteolata S.Julia, Borneo. Sur les 600 espèces estimées, seulement 200 ont été décrites à Borneo

 Depuis leur création, en 1759, ces jardins ont contribué de manière significative et continue à l’étude de la diversité des plantes et de la botanique économique.

 

Le Royal Botanic Gardens, Kew vient de publier son premier rapport annuel sur l'état des plantes du monde et d'organiser le premier symposium international  sur le monde végétal.

 

Le rapport fournit une évaluation des connaissances actuelles sur la diversité des plantes terrestres, sur les menaces mondiales auxquelles elles sont confrontées, sur  les politiques en place et leur efficacité dans le traitement de ces menaces. Il a impliqué plus de 80 scientifiques.

 

"C'est la première évaluation mondiale de l'état des plantes du monde. Nous avons déjà un 'État du monde pour les oiseaux, les tortues maritimes, les forêts, les villes, les mères, les pères, les enfants, même les antibiotiques, mais pas les plantes.

Ceci est remarquable compte tenu de l'importance des plantes - pour la nourriture, les médicaments, les vêtements, les matériaux de construction, les biocarburants et la régulation du climat."

Professeur Kathy Willis, directrice scientifique au Royal Botanic Gardens, Kew

 

Dans ce rapport on apprend notamment qu'en 2016, 1730 nouvelles espèces ont été répertoriées.

 

Image magnétique...

Human connectome project

Reconstituer le câblage du cerveau

Les 180 régions relatives au langage, à la perception, la conscience, la pensée, l'attention et la sensation
Les 180 régions relatives au langage, à la perception, la conscience, la pensée, l'attention et la sensation

Grâce à différentes techniques d'imageries, la cartographie ( encore grossière) du cerveau se dévoile peu à peu.

 

Il y a un siècle, le neurophysiologiste  allemand Korbinian Brodmann avait recensé 52 aires différentes dans le cortex cérébral ; aujourd'hui les chercheurs identifient  au moins 180 régions différentes, importantes pour le langage, la perception, la conscience, la pensée, l'attention et la sensation.

 

Le but de cette cartographie est - ni plus ni moins - de déterminer comment les 100 milliards (environ) de neurones du cerveau humain sont câblés.

 

Les images réalisées (notamment par IRM de diffusion/tractographie- e-MRI)  sur 1200 jeunes adultes en bonne santé qui ont accepté de participer au Projet Human Connectome  (consortium dirigé par l'Université de Washington, l'Université du Minnesota et l'Université d'Oxford  - WU-Minn HCP) ,  a confirmé l'existence de 83 régions cérébrales connues et a ajouté 97 nouvelles.

 

 

Cartographie du cerveau humain de l'utérus à la naissance

e-MRI (tractographie) montrant les connexions dans un cerveau en développement
e-MRI (tractographie) montrant les connexions dans un cerveau en développement

Les chercheurs veulent faire encore plus fort : cartographier un cerveau en gestation.

 

Ils accumulent actuellement des milliers d'images de cerveau de foetus pour comprendre comment s'établissent les câblages neuronaux. Ils leur faut pour cela visualiser l'anatomie cérébrale, de l'embryon au nouveau-né.

Plus précisément le projet le plus avancé vise à établir les premières cartes 3D du cerveau humain entre 20 et 44 semaines de gestation.

 

Il s'agit d'une prouesse technique, notamment du fait qu'un foetus est toujours en mouvement, ce qui implique des corrections des données de l'IRM de diffusion par des calculs fort complexes.

 

Reconstruction 3D de la surface corticale et de ses caractéristiques calculées à partir d'une IRM de cerveau bébé de sept, huit et neuf mois.
Reconstruction 3D de la surface corticale et de ses caractéristiques calculées à partir d'une IRM de cerveau bébé de sept, huit et neuf mois.

 Avec ce formidable travail, les scientifiques espèrent comprendre comment des dysfonctionnements tels que l'autisme, la paralysie cérébrale, les troubles du déficit de l'attention... peuvent s'installer.

 

LIRE :“The Human Connectome Project’s neuroimaging approach

 

VOIR : 

-Human Brain Project,

-  The Blue Brain Project

 

VOIR sur le SITE :

 

Notre cerveau

- Image magnétique -3-

Sur le blog...

Sciences

Thalès
Thalès

Il n'y a pas de science sans conscience disait déjà Rabelais...

 

Je propose ici un petit parcours -très personnel- au coeur de l'aventure scientifique qui, de sapiens et néandertal vous conduira aux nanosciences, à la biologie synthétique, à la chimie du vivant ou encore à la mécanique quantique...

Un non scientifique curieux pourra tirer profit de ces quelques pages sans équations et sans le jargon des initiés.

 

Une aventure de 2500 ans à peine qui, depuis Thalès de Milet, n'a cessé de nous émerveiller mais qui aujourd'hui, parfois, angoisse.

 

En effet, depuis Copernic, Galilée, Newton, les Lumières, Darwin et quelques autres, l'univers anthropocentrique d'Aristote, qui reçut l'onction de Saint-Thomas D'Aquin, a laissé place à un monde désenchanté où l'homme abandonné par les Dieux se retrouve bien seul !

 

Alors parfois, cet homme nu devient fou et se tourne vers la science pour détruire, saccager, exterminer, se proclamer roi. Le XXème siècle est une bonne illustration de ces détournements mortifères. De cela je parle aussi.

JPL

 

 

VOIR

 " La beauté du monde est dans l'oeil "

Camargue- Photo JPL
Camargue- Photo JPL

" Le soleil qui naît, une humidité qui s’attarde, des montagnes au loin qui surgissent lentement des brumes, toute une transparente poésie enfin se balance dans l’air sonore et cristallin. De ces moments sourd une espèce d’éternité faite à notre mesure. Derrière la vitre qu’est la nature, apparaît lentement l’espèce d’une seconde, un fantôme d’éternité. De ce fantôme nous nous satisfaisons. Il devrait nous désespérer, (…). A ces moments le monde paraît laisser échapper comme par mégarde, un peu de son secret."

                                                                                               Albert CAMUS,                                                   Critique d’un tableau de Boucherle (1934)

" Pourquoi craindre pour le dompteur, sa cage le protège des hommes'

d'après Samuel Beckett