Conscience

Notre histoire...

« Nul homme n’est une île, un tout en soi; chaque homme est partie du continent, partie du large; si une parcelle de terre est emportée par les flots, pour l’Europe c’est une perte égale à celle d’un promontoire, autant qu’à celle d’un manoir de tes amis ou du tien. La mort de tout homme me diminue parce que je suis membre du genre humain. Aussi n'envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi. »

John Donne

La vie... d'où ? Comment ?

Au commencement exista le Chaos, puis la Terre à la large poitrine, demeure toujours sûre de tous les Immortels qui habitent le faite de l'Olympe neigeux ; ensuite le sombre Tartare, placé sous les abîmes de la Terre immense ; enfin l'Amour, le plus beau des dieux, l'Amour, qui amollit les âmes, et, s'emparant du coeur de toutes les divinités et de tous les hommes, triomphe de leur sage volonté.

 

Du Chaos sortirent l’Érèbe et la Nuit obscure. L'Éther et le Jour naquirent de la Nuit, qui les conçut en s'unissant d'amour avec l'Érèbe. La Terre enfanta d'abord Uranus couronné d'étoiles et le rendit son égal en grandeur afin qu'il la couvrît tout entière et qu'elle offrît aux bienheureux Immortels une demeure toujours tranquille ; elle créa les hautes montagnes, les gracieuses retraites des Nymphes divines qui habitent les monts aux gorges profondes..."

Hésiode

 

Une vie... Attendre... Qui, quoi... Pourquoi ?

Jean Dubuffet
Jean Dubuffet

 

 " De la boîte de Pandore où grouillaient les maux de l’humanité les Grecs firent sortir l’espoir, après tous les autres et comme le plus terrible de tous. Il n’est pas de symbole plus édifiant car l’espoir au contraire de ce que l’on croit équivaut à la résignation, et vivre ce n’est pas se résigner. "

Albert Camus, Noces

Pulsion de vie, pulsion de mort

 

 Ne sentais-tu donc pas que ta belle jeunesse

De tes yeux fatigués s’écoulait en ruisseaux,

Et de ton noble coeur s’exhalait en sanglots ?

Quand de ceux qui t’aimaient tu voyais la tristesse,

Ne sentais-tu donc pas qu’une fatale ivresse

Berçait ta vie errante à ses derniers rameaux ?

 

                                                        A.de Musset

Résister... Exister !


Se battre de toutes ses forces avec les moyens que la nature vous a donnés. Trouver jour après jour les armes, les ressources pour aller plus loin : faire, agir, ne pas subir au delà de ce qui nous est forcément imposé, faire semblant de construire, de donner du sens à ce qui n’en a aucun.

 

Les armes : l’Amour, la Haine, jamais l’indifférence. L’engagement le plus total, le plus honnête possible –mais il faudra bien accepter ces petites lâchetés, ces petits renoncements quotidiens qui vous pourriront la vie… !