Coup d'oeil

 

 

 Le soleil qui naît, une humidité qui s’attarde, des montagnes au loin qui surgissent lentement des brumes, toute une transparente poésie enfin se balance dans l’air sonore et cristallin. De ces moments sourd une espèce d’éternité faite à notre mesure. Derrière la vitre qu’est la nature, apparaît lentement l’espèce d’une seconde, un fantôme d’éternité. De ce fantôme nous nous satisfaisons. Il devrait nous désespérer, (…). A ces moments le monde paraît laisser échapper comme par mégarde, un peu de son secret.

 

Albert CAMUS, Critique d’un tableau de Boucherle (1934)

 

 

 

Ne pas oublier Venise !

 

Où vit-on des danseurs au bout de feuilles mortes,
Tant de lions couchés devant le seuil des portes,
Tant d’aiguilles de bois, de dentelles de fer,
De dentelles de marbre et de chevaux en l’air ?

 

Canaletto, Grand Canal, Venise
Canaletto, Grand Canal, Venise

Mille ans d'histoire chez les Frères

Pénétrer dans la basilique (mineure) Santa Maria Gloriosa dei Frari  à Venise c'est se préparer à découvrir un extraordinaire ensemble religieux transformé au cours des siècles en véritable écrin d'oeuvres d'art exceptionnelles et accomplir un voyage éblouissant au coeur de la Sérénissime.

 

On y découvrira des oeuvres picturales majeures de Vivarini, de Giovanni Bellini et bien sûr du Titien (dont le retable de l'Assomption), des marbres et sculptures en bois de toute beauté (dont une de Donatello), des monuments funéraires de diverses époques à la gloire du Titien, de Canova et de quelques doges.

On admirera aussi les 124 stalles en bois sculpté qui se déploient sur trois niveaux.

Que des merveilles

 

Erigée entre 1250 et 1338 du côté de San Polo par les Frères Franciscains, l'église fut reconstruite au XIVe siècle  et consacrée sous son nom actuel en 1492. Elle comporte trois nefs et sept chapelles latérales, un campanile de plus de 80 mètres.

 

Au sein du couvent des Frères sont rassemblées les archives de la ville qui occupent 80 km de rayonnages.

 

 

« Les sentiers sont âpres. Les monticules se couvrent de genêts. L'air est immobile. Que les oiseaux et les sources sont loin ! Ce ne peut être que la fin du monde, en avançant. »

 

Rimbaud, Enfance IV (Illuminations, 1873-1875)

 

 

 

 

...

Un grand soleil d'hiver éclaire la colline

Que la nature est belle et que le cœur me fend

La justice viendra sur nos pas triomphants

Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline

Et je te dis de vivre et d'avoir un enfant...

 

Louis Aragon (pour Manoukian)

 

 

 

Dans le champ d’à côté un souffle de vent a fait s’envoler deux feuilles mortes. Elles ont tourbillonné, se sont frôlées, esquivées. Elles s’amusaient ! Un flirt mélancolique. Elles sont retombées. De longs nuages gris chargés d’hiver descendaient du nord.

 

Dino Buzzati - Fragment de "Le régiment part à l'aube"

 

 

 

 Allez, troupeau jadis heureux, chèvres mes chèvres
Vous ne me verrez plus, couché dans l'ombre verte,
Au loin, à quelque roche épineuse accrochées.
Vous ne m'entendrez plus, vous brouterez sans moi
Les cytises en fleurs et les saules amers.

Virgile,
traduit par Paul Valéry

 

 

 

MAGIQUE  !

 

Le Metropolitan Museum of Art diffuse 375 000 œuvres en accès libre

Le musée new-yorkais autorise le téléchargement en haute définition des photos d’une partie de ses collections.


http://www.metmuseum.org/art/collection