Lettre persane

 La jeunesse iranienne étouffe, la jeunesse iranienne se soulève !

 

Comme sous le sinistre Shah qu'elle a chassé pour hélas donner le pouvoir à des barbus obtus et corrompus.

 

La femme iranienne relève la tête ; désormais son tchador prend des couleurs. Depuis quelques jours elle arbore la couleur verte, celle de l'islam, mais aussi celle de l'espoir d'une libération.

 

Sur le Net, dans les journaux, circule cette admirable lettre d'une jeune étudiante iranienne. Je la reproduis. Mettez là en ligne sur vos sites, sur vos blogs... 

 

" Demain est un grand jour !

Je participerai à la manif demain. Il se peut qu'il y ait des affrontements et je serai peut-être parmi ceux qui vont périr demain.

Je suis en train d’écouter toutes les musiques que j’aime. Je vais même mettre quelques chansons pops californiennes et danser. J’ai toujours voulu épiler mes sourcils et les rendre très fins. Oui, demain, avant d’aller à la manif, j’irai chez ma coiffeuse pour qu’elle me le fasse. Il y a aussi quelques séquences sublimes de Hamoun qu’il faut que je revoie. Et puis, mes livres. Il y a des poèmes de Shamlou et Forough qu’il faut que je relise. Il faut aussi que je revois l’album de photos de famille.


Et puis, j’appellerai mes amis pour leur dire adieu. Je n’ai comme possession que mes livres. Mes parents savent à qui les donner si je ne reviens pas. Il ne me manque plus que 2 U.V. pour avoir ma licence, mais au diable le diplôme ! Ma tête bourdonne. J’ai écrit ces phrases pêle-mêle, pour les générations futures, pour qu’elles sachent qu’on n’était pas une bande de sentimentaux irréfléchis. Qu’on a fait tout ce qu’on a pu pour améliorer notre existence. Que même si nos ancêtres se sont rendus physiquement aux invasions arabes et mongoles, ils ne se sont jamais rendus à la dictature.


Je dédie ces lignes aux enfants de demain…"

 

Que font nos gouvernements si prompts à dénoncer les ayatollahs ? Rien, ils vont, comme pour la révolte des étudiants chinois de Tienanmen compter les morts et faire part de... leur réprobation !

Écrire commentaire

Commentaires : 0