La révolution numérique

 ... "Pour ces raisons, il semble raisonnable de penser que, vue depuis un futur lointain, par exemple en 2 500 ou en 3 000 après J.-C., l’histoire retiendra que c'est le développement des technologies de l'information qui aura été à l'origine de la révolution la plus radicale qu'ait connue l'humanité. On observera qu’avec l’ère digitale, l’humanité connaît une révolution complète de la connaissance. Beaucoup pourraient objecter que sans révolution industrielle il n'aurait pu y avoir de révolution de la connaissance et qu’il serait malhonnête d'essayer de réécrire l’histoire en ne s’attachant qu’à exacerber le potentiel d’une des nombreuses innovations de l’époque moderne. Pourtant, même si cela n’est pas encore une évidence, il est plus que probable que nous sommes au début d’une période unique dans l'histoire de l'humanité, tant le savoir et l’information, si largement distribués par les outils numériques, sont en train de devenir des facteurs d'émancipation des peuples et de transformation globale des sociétés humaines, plus encore que n’ont pu l’être la machine à vapeur et la mécanisation de l’agriculture. (...)."

 

L’ère numérique, un nouvel âge pour l’humanité, Gilles Babinet

 

 

La deuxième révolution numérique

C'est peu dire que je partage l'analyse de Gilles Babinet !

 

Dans mon propre métier de chercheur, de la fin des années 60 à aujourd'hui, j'ai pu voir à l'oeuvre cette révolution numérique et observer comment elle a fondamentalement modifié notre approche de la science, en ouvrant des perspectives encore inimaginables au milieu du XXème siècle.

 

D'un autre côté, à l'instar de l'imprimerie - mais dans une autre dimension -, elle a bouleversé nos rapports sociaux en mettant à la disposition de tous, dans tous les domaines, quasiment en temps réel, une avalanche d'informations que nous ne savons pas toujours analyser.

 

Nous voici donc dans le deuxième temps de la révolution numérique : après avoir appris à numériser, à stocker, à décompter... il devenait indispensable de créer de nouveaux outils numériques capables d'interpréter cette quantité faramineuse d'informations.

 

C'est le but du machine learning  (apprentissage automatique) où, à partir d'algorithmes d'apprentissage, l'ordinateur va pouvoir SEUL modéliser les données et résoudre un problème.

 

Nous assistons aux premiers balbutiements de l'intelligence artificielle, qui à long terme posera certainement un certain nombre de problèmes éthiques et philosophiques, mais qui aujourd'hui ouvre des perspectives prometteuses pour l'amélioration de nos conditions de vie. C'est particulièrement vrai dans le domaine de la santé.