Chronique de la haine ordinaire

La haine : on ne discute pas, on exécute !
La haine : on ne discute pas, on exécute !

Ceux qui sont surpris par le déferlement de haine à l'encontre du président et de sa majorité, ne doivent pas regarder souvent ce qui se passe sur les réseaux sociaux, où, dans le confort de l'anonymat, on voue aux gémonies le moindre contradicteur, on menace de mort à tout propos, on viole, on casse, on pille, on extermine... virtuellement.

Mieux vaut, comme sur ce blog, fermer les commentaires si l'on veut éviter les torrents de boue et les promesses réjouissantes de fin prochaine.

 

La haine est un marqueur de l'extrême droite. En France elle fut le carburant de l'Action Française et des antidreyfusards, elle accompagna le régime de Vichy où les Français se distinguèrent par une avalanche de dénonciations anonymes auprès des occupants et de leurs complices. Elles envoyèrent nombre de résistants, de communistes et de juifs dans les camps de la mort.

 

Le haineux se moque des faits, refuse le débat, n'accepte aucune contradiction... La haine est le moteur des régimes totalitaires, elle se nourrit de l'entre soi, du culte de la tribu et de son chef.

 

La haine est malheureusement une maladie contagieuse redoutable qui peut mettre en danger un corps social et détruire les solidarités qui le fortifient.

 

Quel antidote à la haine ?

L'Amour... du vrai, du juste, du beau, de l'Autre... sans concession... mais sans haine !

 

" J'ai décidé d'opter pour l'amour, la haine est un fardeau trop lourd à porter " Martin Luther King