Nous n'avalions plus des couleuvres mais des boas !

Nous attendions De Gaulle !

Je fais partie des hommes de gauche qui, ayant voté Hamon au premier tour de la présidentielle, ont soutenu Macron au second.

De ceux qui, dégoûtés par le quinquennat Hollande et adversaires résolus du bonapartisme de gauche, façon Mélenchon, avaient décidé d'avaler quelques couleuvres pour peu que le pays se redresse, que la politique reprenne de la hauteur et que l'écologie soit au coeur de la politique économique.

 

Sur ces trois points le fiasco est total :

 

- la croissance est en berne et l'inflation repart,

- la politique politicienne est au zénith avec la main passée dans le dos des chasseurs pour récolter quelques misérables suffrages aux prochaines élections,

- l'écologie est dans le verbe... mais pas dans les actes : la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, qui fait bouillir l'eau du Grand Canal d'Alsace et menace de nous péter à la figure, a été à nouveau reportée. Ce n'est qu'un exemple parmi tous les renoncements de ce gouvernement, qui présente une feuille de route pour l'année à venir sans même que le mot écologie soit prononcé !

 

L'affaire du glyphosate n'est que le bonsaï qui voudrait cacher la forêt.

 

Nous n'avalions plus des couleuvres mais des boas !

Nous espérions De Gaulle, nous avons eu un Sarkozy mieux éduqué mais plus retors.

 

Il est temps que penauds et contrits nous quittions un navire où ramer à contre-sens ne sert plus à rien.

 

 

 

Hulot ne fait que reconnaître son impuissance devant l'indifférence de ce gouvernement, de presque tous les politiques, des syndicats... face à un désastre depuis longtemps annoncé. Cette passivité, cet asservissement à un modèle économique condamné, mais porté par des lobbys  omniprésents, est tout simplement incompréhensible, insupportable... je dirai même criminelle.

Les calamités à venir sont pourtant connues, quantifiées, programmées. Les solutions pour les limiter ont été présentées par les scientifiques qui se désespèrent de prêcher dans le désert (*).

 

Des malheurs à venir pour notre planète, pour nos enfants, nos petits-enfants et leurs enfants, nous serons comptables.

 

(*) : suivre par exemple la série Tomorrow's Earth (La Terre demain) sur la revue Science

" Cette série  mettra en évidence que la recherche rapide et les développements technologiques dans les sciences peuvent aider à faciliter la mise en œuvre d'options potentiellement correctives. Il y aura toujours des avis d'experts variés sur ce qu'il faut faire et comment le faire. Mais tant qu'il y a des options, nous pouvons espérer trouver la voie à suivre."