Marilyn, sors de ce corps !

Peau de star aux enchères

La célèbre robe que portait Marilyn Monroe pour le gala organisé à l'occasion des 45 ans de son amant, le président Kennedy, est à nouveau mise aux enchères.

 

Voici le début du récit du journaliste François Forestier ( "Marilyn-JFK - Les amants désaxés") à propos de cette soirée :

 

"1962 - «Happy Birthday, Mister President!»

Marilyn (...) n'a qu'une préoccupation: être présente pour le gala en l'honneur de JFK, à New York, pour son anniversaire, 45 ans. Marilyn a commandé une robe, et quelle robe! Dessinée et coupée par Jean-Louis, le magicien français qui a naguère inventé l'extraordinaire silhouette de Rita Hayworth dans Gilda. Marilyn ne lui a donné qu'une instruction: «Faites-moi une robe que seule Marilyn oserait porter.» 

Le créateur a esquissé un rêve: une robe faite d'un tissu si léger qu'il semble transparent, un nuage de soie. Le tissu a été spécialement conçu pour l'occasion, et, en drapant Marilyn, Jean-Louis a demandé: «Vous serez nue, j'imagine, miss Monroe? - Entièrement!» 

Il a fallu superposer 20 couches de soie sur les seins et l'entrejambe, pour éviter la transparence, et 6 000 pierres du Rhin ont été semées un peu partout, scintillantes, sur le fourreau. Dix-huit couturières ont travaillé sept jours de suite: la robe ne peut être enfilée. Elle devra être cousue sur la star. Disons: coulée sur Marilyn..."

 

 

 

Le président Kennedy, comme le dramaturge Arthur Miller, comme beaucoup beaucoup d'autres, n'ont cherché qu'à s'approprier un corps de rêve, si bien moulé dans ce fourreau.

 

Gageons qu'avec quelques millions de dollars le futur acquéreur de ce bout de tissus, imaginera en récupérer quelques restes.

 

Ci-dessous : Madison Square Garden, May 19th, 1962

Formidable malentendu, car dans ce corps il y avait une femme à l'intelligence acérée, à la sensibilité exacerbée, qui des hommes attendait bien davantage que des étreintes.

 

Dès 1958, elle écrivait à son médecin ("Fragments") :

 

" A l'aide à l'aide

A l'aide

Je sens la vie qui se rapproche

alors que tout ce que je veux

c'est mourir..."

 

Le 5 août 1962, 3 mois après la soirée au Madison Square Garden, elle quittait ce monde, gavée de barbituriques et d'alcool.