Il est si facile de faire simpliste quand tout est compliqué !

 Cette belle brochette  (Trump, Le Pen, Erdogan et Orban) de démagogues impénitents qui accompagne Sarkozy, est représentative du vent ultra nationaliste qui souffle sur la planète, du fin fond du Texas au détroit du Bosphore, en passant par l'Europe, de l'Atlantique à l'Oural.

 

Au fond, rien de bien nouveau dans ce phénomène de rejet de l'Autre et de repli sur les "valeurs" ancestrales de son clan ou de sa tribu. L'Amérique du KKK ou du maccarthysme, l'Europe de Mussolini, Hitler, Pétain et autres leaders fascistes européens, les purifications ethniques en Turquie... c'était hier.

 

Face à un supposé déclin, à un ennemi fanatique, barbare, inculte, qui a arrêté son horloge en 632, il est si aisé de mobiliser les foules, avec quelques slogans et un bouc émissaire.

 

________________

 

Le temps du numérique n'est pas propice à la mise à distance,  aux analyses, au rationnel, à la réflexion.

Que pèsent par exemple le travail des économistes sur les mécanismes financiers qui gouvernent la mondialisation des échanges,  où celui des sociologues à propos du phénomène religieux et sectaire, face à quelques images de brutes épaisses vociférantes, que distillent à longueur d'antennes ou de colonnes, radios, télévisions et presse ? 

 

Nous payons notre inculture, notre goût pour la facilité et un conditionnement quotidien qui atrophie notre cerveau. Nous voici plus que jamais MOUTONS de PANURGE.

 

________________

 

Le supposé modèle français, celui des Lumières, qui lentement prenait l'eau, après le sursaut de la Résistance, a succombé aux assauts combinés du pouvoir sarkozyste et des slogans lepenistes.

 

Hollande, élu sur un énorme mensonge, s'inscrit dans cette continuité du renoncement.

 

La libéralisation de tous les échanges que va consacrer le traité transatlantique (APT), marquera définitivement le triomphe du modèle anglo-saxon, celui du fric et des violences qui inéluctablement l'accompagnent et vont s'amplifier.

 

En face, la "vraie gauche" a cédé aux sirènes de la simplification abusive, de la caricature ; elle s'est donnée pour leader un braillard qui distribue bons et mauvais points aux gauches européennes qui réussissent... quand lui plafonne à 6 ou 7% !

 

La lecture (quelle logorrhée !) de son blog et des commentaires (ou plutôt des laudes) qui l'accompagnent nous renvoient au temps de Staline et de ses groupies. Adorons saint Jean-Luc et nous serons sauvé !

De quoi faire regretter Arlette et sa mobylette !

 

Mais quelle est donc la solution ? Pas l'ombre d'un de Gaulle à l'horizon pour barrer la route à l'aventure, ni d'un Blum ou d'un Jaurès pour redonner du sens aux valeurs de la gauche.

 

Certains proposent la création d'un arc républicain qui de Raffarin, Juppé, NKM, les centristes aux socialistes, écologistes et communistes se consacrerait exclusivement, pendant le temps qui reste avant la prochaine élection, au problème de l'emploi et en particulier de l'emploi des jeunes.

C'est un front de ce type qui a permis à la France de relever la tête et de se reconstruire à la Libération.

 

Autres temps autres mœurs mais...

 

... au point où nous en sommes...

 

Pourquoi pas ?

 

Un sondage vient de montrer que les Français sont favorables à une telle coalition qui aurait le mérite de renvoyer Sarkozy et ses groupies, du côté vers lequel ils penchent - les lepénistes - et de clarifier considérablement le débat politique.

 

.