50 nuances de noir : Arthur Rimbaud

Arthur Rimbaud : génie, poète, rebelle, voyou, etc...

ILLUSTRATION DE VRATMIRAS
ILLUSTRATION DE VRATMIRAS

Les pauvres à l'église


 ...

Aux femmes, c'est bien bon de faire des bancs lisses,

Après les six jours noirs ou Dieu les fait souffrir !

Elles bercent, tordus dans d'étranges pelisses,

Des espèces d'enfants qui pleurent à mourir.

Leurs seins crasseux dehors, ces mangeuses de soupe,

Une prière aux yeux et ne priant jamais,

Regardent parader mauvaisement un groupe

De gamines avec leurs chapeaux déformés.

Dehors, le froid, la faim, l'homme en ribote :

C'est bon. Encore une heure ; après, les maux sans noms !

- Cependant, alentour, geint, nasille, chuchote

Une collection de vieilles à fanons :

Ces effarés y sont et ces épileptiques

Dont on se détournait hier aux carrefours ;

Et, fringalant du nez dans des missels antiques,

Ces aveugles qu'un chien introduit dans les cours.

Et tous, bavant la foi mendiante et stupide,

Récitent la complainte infinie à Jésus,

Qui rêve en haut, jauni par le vitrail livide,

Loin des maigres mauvais et des méchants pansus,

...


 

Je me garderai bien de faire le moindre commentaire à propos de ce géant qui suscita maintes biographies, thèses, analyses... Qui fut successivement qualifié de :

 

- «passant considérable» (Mallarmé),

- «ange en exil», «le plus beau d'entre [les] mauvais anges» (Verlaine),

- «homme aux semelles de vent» (re-Verlaine),

- «mystique à l'état sauvage» (Paul Claudel),

- «monstre de pureté» (Jacques Rivière),

- «incomparable ferment» (Charles Péguy),

- «génie incarné de la jeunesse» (André Breton),

- «merveilleux voyou» (Philippe Soupault),

- «rebelle incarné» (Henry Miller),

- «premier poète d'une civilisation non encore apparue» (René Char)...

 

Je me contente de l'admirer.

 

Qui donc était Rimbaud ? Un génial poète, un rebelle, "un sale petit con", un explorateur -marcheur infatigable -, un assoiffé de gloire et d'argent ?