Remuez vos méninges !

Ce qui m'amène au plus près de la sensation d'infini, ce n'est pas l'éclat d'une gerbe d'étoiles filantes, sillonnant la voûte céleste durant les Perséides, mais bien notre cerveau et ses 100 milliards de neurones, chacun capable d'établir 10 000 connexions, auxquels il faut ajouter les centaines de milliards de cellules gliales susceptibles de se connecter à la fois entre elles et avec les neurones...

 

Le cerveau c'est un système chimique (sur lequel je me penche sur ce site), électrique bien sûr, mais aussi magnétique et même quantique, d’une extraordinaire complexité.

 

Cependant, les énormes progrès de l'imagerie, qui nous permettent aujourd'hui de voir en direct fonctionner un cerveau, les bonds en avant de la cybernétique, qui rendent possible la réalisation d'un cerveau artificiel rudimentaire, devraient conduire les chercheurs à mieux connaître son fonctionnement et donc de pallier certains de ses dysfonctionnements.

 

Mais aujourd'hui, le meilleur outil de réparation du cerveau... c’est notre cerveau lui même, qui fait preuve d'une étonnante plasticité.

 

_________________

 

Les découvertes les plus récentes montrent que cette plasticité cérébrale, certes plus intense chez l’enfant, est encore très importante chez l’adulte.

Mieux, le dogme de la fixité neuronale est à oublier, les découvertes sur la neurogenèse adulte se multiplient.

 

Un cerveau, comme n'importe quel organe, fonctionne d'autant mieux qu'il est sollicité.

 

L'importance de l'éveil de la curiosité intellectuelle chez le très jeune enfant a toujours été pour moi une évidence (1). Plus les connexions que j'évoquais plus haut sont établies vite et souvent, plus l'activité cérébrale sera efficace et pérenne.

 

___________________

 

Le cerveau est au cœur du débat inné-acquis ; je suis persuadé qu'au départ nous possédons tous (ou presque : voir Aristote, Da Vinci, Newton et quelques autres sur ce site...), grosso-modo, le même potentiel intellectuel et que ce sont les processus d'apprentissage entre 1 et 7 ans qui font le gros de la différence. (2)

 

______________________

 

Cependant les dernières découvertes montrent qu'au-delà de cette limite tout n'est pas perdu, à condition de stimuler ces fameux neurones, non par des activités répétitives, mais en sollicitant tout notre intellect… que nous sous-estimons beaucoup trop.

 

________________

 

(1)- Me navrent aujourd'hui, autant la disparition du bonheur et des multiples découvertes que procurait la lecture, que les nouvelles béatitudes devant des machines qui sollicitent plus les pouces que le cerveau.

(2)- L'école de la République étant en quasi faillite, les "élites" deviennent ainsi héréditaires...