Autour de la sérotonine -2-

En avoir ou pas...

 

« J’ai connu le bonheur, mais ce n’est pas ce qui m’a rendu le plus heureux » 

 Jules Renard

 

 

Si le défaut de sérotonine est si handicapant, pourquoi ne pas l’administrer directement ? Tout simplement parce qu'ingérée oralement la sérotonine ne peut pas traverser la barrière hémato-encéphalique (sang-cerveau) et n'aura donc aucun effet sur les fonctions cérébrales. 

 

Voila pourquoi les antidépresseurs ne font en quelque sorte que limiter « les pertes » de la précieuse molécule

 

D’où vient la sérotonine ?

 

La sérotonine -5-hydroxytryptamine- est produite par un groupe de neurones qu'on appelle neurones sérotoninergiques. 

 

Dans le système nerveux central, le corps cellulaire des neurones sérotoninergiques sont localisés dans les noyaux du raphé du tronc cérébral d’où ils se projettent dans l’ensemble du cerveau et de la moelle épinière


Il semble établi que le taux de sérotonine est fonction de facteurs génétiques (voir ICI une sélection de publications spécialisées) mais aussi de la qualité des soins reçus dans la petite enfance.

 

La sérotonine est synthétisée à partir de l’un des 20 aminoacides protéinogéniques : le L-tryptophane. Le L-tryptophane est un aminoacide essentiel qui doit être apporté par notre alimentation.

 

Tryptophane
Tryptophane

 

La production de sérotonine est donc directement liée au transport du tryptophane dans le cerveau au travers de la barrière hémato-encéphalique. Elle dépend des variations circadiennes de la concentration de cette molécule dans le sang et de la concentration sanguine d’autres aminoacides (leucineisoleucinevalinetyrosinephénylalanine) qui entrent en compétition avec le tryptophane au niveau du transporteur. 

 

Ces concentrations varient en fonction des quantités de glucides et de protéines consommées. 

 

Une alimentation riche en protéines, qui augmente en même temps l'ingestion des cinq acides aminés qui entrent en compétition avec le tryptophane pour traverser la barrière hémato-cérébrale, n'est donc pas favorable à la production de sérotonine.

 

En fait, le seul moyen d’augmenter l’apport en tryptophane au niveau du cerveau est de suivre une alimentation riche en hydrates de carbone. La consommation de sucre a pour effet d'augmenter la sécrètion d’insuline pour abaisser l’élévation de glucose qu’elle a provoquée.

 

L'insuline favorise la captation musculaire des aminoacides en compétition avec le tryptophane et donc indirectement la concentration cérébrale de ce dernier.


Evidemment cette surproduction a un prix car elle accroît le stockage de graisses corporelles et peut conduire à l'obésité !

 

Enfin, il faut savoir que le tryptophane est surtout utilisé dans la synthèse des protéines et qu'il est aussi transformé en kynurénine, précurseur notamment de l'acide xanthurénique et de l'acide nicotinique.

(On pourra lire les fiches de Passeport Santé concernant les vitamines B3 et B6).

 



De l'intérêt d'apports supplémentaires en tryptophane 

 

Certains pensent qu'une alimentation riche en tryptophane, ou l'apport direct de la molécule, pourrait induire une hausse de la production de sérotonine ( j'ai noté avec intérêt que le chocolat, est riche en tryptophane...).

 

Remarquons que la quantité de tryptophane ingérée quotidiennement est comprise entre 0,5 et 1g ; l'apport minimum nécessaire serait de l'ordre de 200 mg/jour dont seule une faible partie est transformée en sérotonine.

 

D'une façon générale je suis dubitatif à propos des compléments et régimes alimentaires pour lesquels on peut lire tout et n’importe quoi. Consulter un service d’endocrinologie avant de consommer me parait sage !


A noter aussi que la pratique régulière d'un sport augmente la sécrétion naturelle de sérotonine…

 

A propos des nutriments voir CECI. Les sportifs peuvent aussi regarder ICI.

 

 

La sérotonine et le sommeil


Le système « anti-éveil » est en effet mis en route par la sérotonine qui est produite durant l’éveil par les neurones du raphé antérieur qui se projettent directement vers l’hypothalamus et le cortex
Le système « anti-éveil » est en effet mis en route par la sérotonine qui est produite durant l’éveil par les neurones du raphé antérieur qui se projettent directement vers l’hypothalamus et le cortex

 La sérotonine a bien d’autres effets physiologiques.

 

Elle joue notamment un rôle prépondérant dans l’ensemble des mécanismes de synchronisation de l’horloge biologique centrale ; dans  le cycle veille-sommeil. On sait que l'on provoque une insomnie totale, avec suppression du sommeil paradoxal, par inhibition de synthèse de la sérotonine.

 

La sérotonine est enfin le précurseur de la mélatonine (voir schéma plus haut).

 

 

La mélatonine sécrétée pendant la nuit par la glande pinéale , est le pivot de la régulation de notre horloge biologique. 
La mélatonine, prise le soir au coucher, a été proposée depuis de très nombreuses années comme correcteur de divers troubles, en particulier celui du sommeil. Comme elle a une courte durée d'action, des préparations à libération prolongée ont été mises au point. On trouve donc des préparations de mélatonine standard et des préparations à libération prolongée LP.


Les avis sont pour le moins partagés sur les résultats obtenus. Lire ICI un article critique avec des commentaires parfois favorables… Voir aussi la fiche de Passeport Santé sur les effets de la mélatonine, ICI.

 

Il semble bien qu’en fait notre horloge biologique centrale soit programmée très tôt et qu’il soit très difficile de remettre cette pendule à l’heure : de nombreux travaux ont mis en évidence le rôle déterminant des premières années de la vie dans la régulation du sommeil.

 

Joëlle Adrien (Directeur de recherches à INSERM, UMPC Paris) et son équipe, ont en particulier montré que cette période était essentielle pour assurer un bon fonctionnement du système sérotoninergique.  Le traitement d’un très jeune souriceau par un inhibiteur de la recapture de la sérotonine, pendant 15 jours, induit à l’âge adulte des troubles du sommeil qui persisteront toute la vie. Ces effets ne sont plus observés lorsque l’expérience est réalisée après la puberté.

 

« Ces travaux nous laissent fortement penser que les trois premières semaines de vie chez la souris sont une période critique pendant laquelle s’installe et se consolide l’impact du système sérotoninergique sur l’équilibre du sommeil et des comportements émotionnels. Une fois que ce système est mis en place, il semble que l’on ne puisse plus agir sur cet équilibre de façon persistante ». J. Adrien

 

Autres effets plus curieux de la sérotonine
 

Une très récente étude chinoise (mars 2011), publiée dans la revue Nature, a décrit l’impact (très spectaculaire) des taux de sérotonine sur l’orientation sexuelle des rats !

 

Je vais terminer sur une expérience encore plus curieuse qui établit une corrélation entre le taux de sérotonine et … le sens de l’équité !

 

Cette étude a été conduite conjointement en 2008 par des psychologues des Université de Cambridge (Royaume-Uni) et de Californie (Los Angeles).

 

Vingt volontaires ont participé à ce test. Il s’agissait de partager de façon équitable ou non une somme d’argent. Un participant se voit remettre cette somme avec obligation de la partager avec un partenaire. Celui-ci peut accepter ou refuser l’offre de partage. En cas de refus les deux joueurs ne reçoivent rien.


Les volontaires de cette expérience ont été divisés en deux groupes randomisés : les uns recevaient un placebo, les autres un traitement entraînant une baisse aiguë et courte de sérotonine.

 

 Trois types de partage étaient proposés :

- juste (partage à au moins 45 % de la somme initiale),

- injuste (partage 30-70),

- très injuste (partage 20-80).

 

Crockett rapporte que  le taux de sérotonine n’a eu aucune influence sur le partage juste, alors que plus ce taux était bas, moins les individus étaient susceptibles d’accepter les partages injustes.

 

Certes, on peut moduler l’interprétation de ce résultat en mettant par exemple en avant une possible désinhibition qui rend la contestation plus facile. Il est néanmoins troublant.

 

Il faut noter que cette expérience a donné des résultats semblables dans des pays pauvres !

 

 

"  Béni soit celui qui a inventé le sommeil, manteau qui couvre toutes les humaines pensées, mets qui ôte la faim, eau qui chasse la soif, feu qui réchauffe la froidure, fraîcheur qui tempère la chaleur brûlante, finalement, monnaie universelle avec laquelle s’achète toute chose, et balance où s’égalisent le pâtre et le roi, le simple et le sage. Le sommeil n’a qu’une mauvaise chose, à ce que j’ai ouï dire ; c’est qu’il ressemble à la mort... "

 

M. de Cervantes, L’Ingénieux Hidalgo Don Quijote de la Mancha