Adjani porte haut la jupe !

J'ai vu hier le téléfilm "La journée de la jupe" . Bouleversant !


On ne sort pas indemne de ce huis clos dans une salle de classe d'un collège défavorisé où, par hasard, la prof, ignorée, méprisée, injuriée,  menacée par des jeunes sans repères, se trouve en situation de se faire entendre et respecter.

 

La lâcheté des uns et des autres éclate alors : de toute la chaîne du système éducatif (ministre compris) à ces petites frappes obsédées par ce respect qu'ils revendiquent à tout propos mais n'accordent jamais, surtout pas aux "filles" de la classe (il y a les mères et les sœurs...toutes les autres étant potentiellement des putains) et à ce prof qui fait ses cours en jupe.

 

C'est Isabelle Adjani qui incarne magistralement cette femme (doublement) en rupture, qui ira inexorablement au bout de sa révolte. J'avais presque oublié qu'Adjani était notre plus grande actrice dramatique (Mortelle randonnée, l'Eté meurtrier, Camille Claudel, Quartet)... son come-back est époustouflant !

 

Ce film va sortir en salle ; il faut le voir et oublier tous les discours lénifiants sur les banlieues. Ces images sur la solitude des profs, l'oppression des filles des quartiers et la déshérence (sociale, identitaire) de tous ces jeunes sans foi, ni lois, ni avenir, sortes d'extra terrestres arrimés à des codes d'honneur dont ils ont totalement perdu le sens ; c’est un coup de poing en pleine figure qui vous ramène brutalement à la dure réalité de ces ghettos qui prolifèrent au sein de nos grandes communautés urbaines.

 

Des clichés ? Des bons sentiments ? Peut-être, mais surtout une réalité dure à encaisser !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0